Transgenre et bioéthique – Premières interventions à l’Assemblée et analyse

Après avoir présenté examiné dans d’autres billets les premières prises de paroles intervenues dans l’hémicycle des travaux sur le projet de loi relatif à la bioéthique, nous voudrions ici nous attarder sur celles concernant les personnes transgenres.

Lundi 9 septembre, grâce une nouvelle fois à une question de D. Obono (LFI), la ministre de la santé s’est expliquée sur l’absence de prise en compte des personnes transgenres par le projet de loi.

Commençons par rappeler le contenu de ces prises de parole, au demeurant visionnables en ligne, avant de les analyser.

I. Transcription des débats

Danièle Obono :

[1] Le projet de loi bioéthique que nous discutons aujourd’hui procède selon nous dans ses articles relatifs à l’extension des techniques d’assistance médicale à la procréation. Ce projet de loi procède au rétablissement d’un droit et non à une réflexion bioéthique. Le débat bioéthique il a été tranché par la loi de 1994 qui a ouvert la possibilité pour les couples hétérosexuels de recourir à ces techniques. Il ne s’agit plus dans ce cas précis de se poser la question de la manipulation du vivant ou encore du caractère nécessairement biologique de la filiation. Ce dont il s’agit, en ouvrant la possibilité pour les couples de femme et aux femmes seules de recourir à l’assistance médicale à la procréation, c’est d’égalité. […]

[2] Nous ne voulons pas de discrimination en fonction du sexe à l’état civil. Un homme transgenre qui n’a pas fait de changement à l’état civil a accès à la PMA, considéré comme, je cite, « femme seule ou femme en couple » ; mais un homme transgenre ayant fait ce changement n’y aura plus accès. Nous regrettons par ailleurs que de façon générale les conséquences juridiques de la transidentité n’ont que peu eu ou pas du tout eu jusque là été prises en compte par cette majorité, malgré des propositions en ce sens.

A. Buzyn :

[1] Alors Mme Obono je voulais vous répondre […] vous dites que c’est une loi d’égalité qui discrimine. Je voudrai rappeler qu’une loi bioéthique n’est pas une loi d’égalité des droits. Je voudrai vraiment répondre sur cette question d’égalité des droits parce que c’est ce qui amène à parler de la GPA. Peut-être j’utilise le mot que vous avez utilisé pour rappeler qu’une loi de bioéthique elle doit simplement interroger une technique médicale à l’aune de nos principes éthiques. Elle n’est pas là pour comparer l’égalité de tous les citoyens vis-à-vis de telle ou telle pratique. Elle vise à vérifier qu’une pratique euh accessible aujourd’hui techniquement répond bien à nos principes éthiques. Donc euh je ne peux pas dire que ce soit une loi d’égalité. C’est pas comme cela que je souhaite la porter, même si elle assure l’égalité, là en l’occurence d’accès à la PMA pour toutes les femmes, mais ce n’est pas son objet premier, en réalité.

[2] Euh, vous posez la question des transgenres. Donc, pour vous répondre, depuis la loi du 18 novembre 2016 relative au changement de sexe à l’état civil la preuve d’une intervention médicale qui authentifie le changement de sexe n’est plus nécessaire. En réalité c’est juste déclaratif, c’est la volonté de changer d’état civil. On n’a pas besoin d’être opéré ou traité. Euh, dans la vie civile seule l’identité indiquée à l’état civil d’une personne est prise en compte. Ainsi, par exemple, une femme devenue un homme à l’état civil mais ayant gardé son appareil reproducteur féminin est un homme. Par conséquent ce sera également un homme au regard de l’assistance médicale à la procréation, car c’est l’état civil qui est pris en compte dans la loi. Donc, au terme de ce présent projet de loi, un homme à l’état civil ne peut pas avoir accès à la PMA seul, ni en couple avec un autre homme, s’il a gardé son appareil génital féminin. Par contre il pourra y avoir accès s’il est en couple avec une femme et c’est cette dernière qui portera l’embryon ou l’insémination.

II. Analyse des débats (à venir)

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.