« L’arrêt A. P., Nicot et Garçon contre France ou le maintien problématique d’une approche biologisante de l’identité sexuée », Rec. Dalloz, 2017, p. 994-995


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.